Un peu d'histoire

Personnages célèbres

De nombreux personnages célèbres sont liés à Sorgues : soit par leur naissance, soit par leur séjour dans la commune.

 

Jean–Gérard Lacué de CessacJean–Gérard Lacué de Cessac (1753-1841)

Membre de l'Institut de France (1796) puis de l'Académie Française, ministre sous le 1er Empire, pair de France à la Restauration. Il acquit le château de Brantes.

 

 

  

Achille Maureau (1860-1921)Achille Maureau

Conseiller Général,
Président du Conseil Général (1912-1921),
Sénateur radical-socialiste.

 

 

Paul Pons (1864-1915)

Lutteur, Champion du Monde en 1898


Pablo PicassoPablo Picasso

Picasso s'installa à Sorgues au mois de juin 1912. C'est à la villa des Clochettes qu'il réalisa ses premiers papiers collés. Petite anecdote : il fit emporter les pierres de la villa où il avait peint un tableau ovale.

 

 

 

Georges Braque

Initateur du cubisme, Georges Braque rejoint Picasso à Sorgues en louant la villa Bel-Air en août 1912 et y séjourne jusqu'en 1917. Il va y découvrir la technique du papier collé que Picasso adopte en novembre.

Profondément ancré dans la réalité, l'art de Braque restera tributaire de l'expérience décisive des papiers collés. Il a raconté comment, un jour de l'été 1912, son œil avait été attiré par un rouleau de papier imitant le chêne exposé dans la vitrine d'un marchand de papier peint d'Avignon. Peu après naissait son premier papier collé, "Compotier et Verre" : véritable irruption du réel dans le tableau. Un réel trivial, un peu dérisoire puisqu'il s'agit en général de papiers imitant le bois ou d'emballages de cigarettes, de lames de rasoir, ou de fragments de journaux - le papier collé consolide Braque dans son refus de l'abstraction.

 

Jumelage

Sorgues est jumelée avec Wettenberg située dans l'Hesse en Allemagne. Depuis la création du comité de jumelage en 1973, nombreux ont été les échanges culturels, associatifs et linguistiques entre Wettenberg et Sorgues. Le dernier en date est la célébration du 40ème anniversaire du jumelage marquée par plusieurs jours de visites et de partage.

 

Les quartiers de la ville

 

La Ville de Sorgues peut être divisée en 7 grands quartiers qui regorgent d'Histoire. Et par leur passé, ils témoignent de l'évolution de la ville au fil des siècles.

Découvrez ici l'histoire de chaque quartier.

 Le patrimoine et son Histoire

Pour en savoir plus sur l'Histoire du patrimoine de Sorgues, cliquez ici

Quelques pages d'Histoire à Sorgues

Préhistoire et Antiquité

Les fouilles de sauvetage, lors des travaux sur le territoire de la commune, ont permis de vérifier que ce site fut occupé dès le Néolithique. Les stations des Ferrailles et de Saint-Martin ont livré traces de foyers, poteries, outils lithiques, lames, perçoirs, pointes de flèches, etc.

Mais le plus important site préhistorique se trouve au « Mourre de Sève », date de l'époque d'Hallstatt, au premier âge du Fer. Son occupation eut lieu entre le VIème et le IIème siècle avant notre ère. Les fouilles ont mis à jour des vestiges prouvant des relations commerciales avec les Phocéens de Massalia, en particulier des amphores, une coupe attique et des pièces de céramique décorées. Au lieu-dit de la « Traille », des fouilles ont révélé un relais sur la Via Agrippa, entre Avignon et Orange où furent dégagées des urnes et des amphores.

 

Moyen-Âge

Dans la seconde moitié du XIème siècle, un pont de pierre fut construit en remplacement d'un vétuste pont de bois. Désormais la cité, dès 1063, prit le nom de Pons Sorgie, Pons-de-Sorgo en provençal et Pont-de-Sorgue en français. Le comte de Toulouse, suzerain du comté de Provence, fit ériger un castrum pour défendre ce passage.
En 1317, Jean XXII fit édifier le premier palais pontifical sur les bases de l'ancien castrum. En 1322, l'Abbé de Cluny rétrocéda à la Papauté ses droits sur l'église paroissiale. En 1354, l'Hôtel des Monnaies, installé à l'intérieur du palais pontifical, cessa d'émettre pour être transféré à Avignon.
En 1364, Urbain V en fit sa résidence d'été.

 

Renaissance

Le 2 août 1562, le palais pontifical, défendu par une garnison italienne, fut brûlé par le baron des Adrets qui ruina aussi le couvent des célestins à Gentilly. Une nouvelle catastrophe survint en décembre 1570, quand les eaux de l'Ouvèze refoulées par une crue du Rhône envahirent la ville causant de nombreuses victimes. Si la peste de 1580 ne fit que quelques dizaines de morts, les suivantes de 1587 et de 1641 furent beaucoup plus meurtrières.

 

Période Moderne

La peste de 1720, dernière en date des grandes pandémies, fit quant à elle, plusieurs centaines de décès. La Révolution chassa les ordres religieux de la ville et en particulier les Célestins de Gentilly.
Alors que les restes du palais pontifical étaient encore l'objet de restauration en 1786, ils furent vendus à des entrepreneurs qui utilisèrent les pierres comme matériaux de construction.
Au cours du mois de novembre 1840, des pluies diluviennes firent monter les eaux jusqu'à 1,25m ; celles de 1856 atteignirent 1,87m.

 

Période Contemporaine

Alors que le débarquement se préparait en Provence, des raids aériens alliés bombardèrent la ville le 2 août 1944.
Un dernier train de déportation passa à Sorgues le 18 août 1944 et des résistants aidèrent des prisonniers à s'évader. Le passage « du train Fantôme » est aujourd'hui célébré place Wettenberg devant le monument qui lui rend hommage.

 


Plan du site



Mairie de Sorgues • Centre Administratif • BP 20310 • 84706 SORGUES Cedex • Tél. 04 90 39 71 00

Reproduction partielle ou totale strictement interdite • Technologie NAPSITES™